LA PLUPART DES GENS LA PRENNENT : CETTE HUILE AUGMENTERAIT LE RISQUE D’AVC

Si les huiles sont utiles pour donner du goût dans l’assiette, elles ne sont pas toujours de bonnes amies. Preuve en est avec une récente étude, publiée le 21 mai 2024 dans la revue BMJ Medicine, qui a démontré l’influence de l’huile de poisson sur le risque de développer des troubles cardiaque et des AVC.

Une hausse de 5% du risque d’être victime d’un AVC

Riche en acides gras oméga-3, l’huile de poisson est un condiment populaire. "C’est en vente libre et très rarement recommandé. Il ne figure dans aucune des directives des sociétés médicales professionnelles, et pourtant c’est ce que la plupart des gens prennent [pour le cœur, ndlr]", indique le cardiologue Andrew Freeman sur CNN.

Pour déterminer son degré de protection, une équipe de chercheurs en Chine, aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Danemark a suivi la santé de 400 000 participants durant 12 ans.

Ils ont souhaité estimer les associations entre les suppléments d’huile de poisson et les nouveaux cas de fibrillation auriculaire, les crises cardiaques, les AVC et les insuffisances cardiaques. Ainsi que les décès chez les personnes ne souffrant pas de maladies cardiovasculaires connues.

L’étude a révélé que la consommation régulière de suppléments d’huile de poisson était associée à un risque accru de 13% de développer une fibrillation auriculaire et de 5% d’être victime d’un AVC pour les personnes ne souffrant d’aucune pathologie.

Pour les personnes souffrant d’une maladie cardiaque au début de la période d’étude, ces suppléments étaient associés à un risque réduit de 15% de passer de la fibrillation auriculaire à l’infarctus et de 9% de passer de l’insuffisance cardiaque à la mort.

Un effet bénéfique observé chez certains patients

Certaines précisions ont été apportées à ces résultats. Les chercheurs ont en effet relevé que le risque pour les patients en bonne santé de subir une crise cardiaque, un AVC (accident vasculaire cérébral) ou une insuffisance cardiaque était 6% plus élevé chez les femmes et 6% plus élevé chez les non-fumeurs.

L’effet bénéfique de la supplémentation en oméga-3 était également plus important chez les personnes âgées et les hommes souffrant déjà de problèmes cardiaques pour lesquels le risque de passer d’une bonne santé à la mort était respectivement inférieur de 11% et de 7%.

Les auteurs précisent qu’il ne s’agit que d’une étude d’observation et qu’aucune conclusion ne peut être tirée sur les facteurs de causalité. "Cette recherche ne devrait pas inquiéter les personnes qui prennent régulièrement des suppléments d’huile de poisson, mais ce n’est pas non plus un feu vert pour commencer à en prendre pour prévenir les maladies cardiaques et circulatoires", affirme Tracy Parker, diététicienne à la British Heart Foundation au Guardian.

Plus de "Beauté" :

2024-05-30T06:26:43Z dg43tfdfdgfd