"ÇA N'A JAMAIS TUé PERSONNE D'êTRE UN BOUFFON": éCHANGE TENDU AU CONSEIL DE PARIS ENTRE LA MAJORITé ET LA DROITE

Mélody Tonolli, adjointe à la maire de Paris a raillé plusieurs élus de droite critiquant la stratégie de la ville sur les quartiers populaires ce mercredi 10 juillet en conseil de Paris. La séance a été suspendue quelques minutes.

Le ton est monté en conseil de Paris ce mercredi 10 juillet à l'approche de midi avec la présentation du pacte municipal en faveur des quartiers populaires. Il prévoit par exemple l'expérimentation du petit-déjeuner gratuit à l'école, la création d'un pass culture local, le développement de salles des fêtes ou des recrutements privilégiés au sein de la police municipale ou d'autres services municipaux.

Plusieurs élus se sont exprimés en préambule notamment des conseillers des groupes d'opposition de droite et du centre, pour accuser la ville de ne pas traiter efficacement les problèmes rencontrés par les classes populaires.

"Je crains que votre Pacte n’apporte pas ou peu de solutions à ces colères", a déploré Jack-Yves Bohbot, membre du groupe Demain Paris. "L'ensemble que vous nous montrez aujourd'hui ressemble à de l'art abstrait", a commenté Franck Margain (Changer Paris).

"Paris s'appauvrit, ce plan en est la démonstration, c'est le résultat de votre politique qui fait fuir les classes populaires et vous agglutinez les populations en difficulté dans des ghettos sur les quartiers périphériques", a de son côté attaqué Jean-Baptiste Olivier (Changer Paris).

"Vous êtes des comiques"

En reprenant la parole, Mélody Tonolli, maire-adjointe en charge des quartiers populaires et rapporteure du plan s'est étonnée de leurs différentes prises de parole et raillé les élus de droite.

"Spéciale dédicasse à messieurs Margrain, Bohbot et Olivier qui nous ont fait bien rire, vraiment, c'était une très belle farce. A défaut d'être crédibles, vous êtes comiques, on peut au moins vous reconnaître ça. (...) Ça n'a jamais tué personne d'être un bouffon mais c'est pas grave".

Bronca sur les bancs de l'opposition qui proteste dans l'hémicycle. La maire-adjointe n'en démord pas: "Bouffon c'est dans le dictionnaire. Le bouffon du roi. Celui qui fait rire le roi. Vous nous avez bien fait rire".

"Stalinien, ça se discute"

La séance a ensuite été suspendue sur demande de Francis Szpiner, président du groupe d'opposition Demain Paris. "Le terme bouffon me paraît quand même un peu excessif, n'apporte rien au débat", a-t-il indiqué à la reprise des débats.

Audrey Pulvar lui a reproché de tenir des propos outranciers à l'égard d'élus de la majorité qualifiés de stalinien. "Stalinien ça se discute. Stalinien c'est une appréciation politique que vous pouvez réfuter. Bouffon non".

2024-07-10T14:07:01Z dg43tfdfdgfd